2020

2020

2018

2018

2018

2017

2016

2015

2020

Audrey Brugnoli

Plongée Bactérienne

Audrey Brugnoli, Eleonore Geissler

2018

 

Collaborations 

Florian Delgehier [lien]

Clément Barbisan [lien]

 

Partenaires 

Chaire EC-AD, Fondation Nespresso France [lien]

Ecole 42 [lien]

 

Recherche sur comment le design peut participer à créer des interfaces numériques en tant que support sensible pour la recherche scientifique. A partir d'un dispositif de réalité virtuelle, la plongée bactérienne invite le public à se déplacer à différente échelles de la matière en le projettant dans une micro-société logée dans une goutte d'eau. 

Dispositif de réalité virtuelle

Dispositif d'une goutte d'eau en lévitation accoustique

 

Ces deux dispositifs, ancrés dans le laboratoire In Fictio Silico, s'intéressent à l'échelle imperceptible du vivant, celui qui se cache dans l'infiniment petit. Le visiteur est invité à observer un premier dispositif représentant une goutte d'eau en lévitation accoustique (développé avec l'artiste physicienne Dominique Peysson). Cette goutte qui ressemble à une goutte quelconque renferme en réalité une micro-société fictive imperceptible à l'oeil humain.


Il est aujourd’hui possible de se déplacer à différentes échelles de la matière. A l’image du film puissance 10, un second dispositif en réalité virtuelle a été développé afin de rendre visible et haptique les phénomènes qui se produisent à l’intérieur de cette goutte.  La programmation en temps réel permet à celui muni de son casque VR de se déplacer et d'interagir avec cet environnement. Une déambullation intuitive, dont le point de vue est dirigé par les mouvements de tête et les déplacements à l'aide d'une manette, permet une immerssion totale, à tel point que les sens et la perception d'échelle sont complètement perturbés. Lorsque l'unique bouton de manette est activé, l’environnement se fige, ce qui permet d’observer les êtres qui se déplacent comme des bancs de poissons. Le visiteur peut alors pénétrer la membrane extérieure de ces êtres et comprendre leur fonctionnement en se déplaçant dans leur corps comme dans une grotte, leurs textures et anatomies pourront alors être révélées et étudiées.

 

Ce dispositif s'intègre aux nouveaux outils développés dans les laboratoires pour étudier le vivant et s'intéresse à comment le design peut participer à créer des interfaces numériques et tangibles en tant que support sensible pour la recherche scientifique.